Les Français, friands d’autoconsommation

une question ?

Submitting Form...

The server encountered an error.

Form received.

Les Français sont de plus en plus nombreux à être attirés par l’autoconsommation énergétique. Il est vrai qu’avec le développement de la production électrique solaire, ce rêve pourrait très bien devenir réalité.

 

Investir pour s’équiper

 

Pour pouvoir produire et consommer sa propre énergie solaire, sachez qu’il est nécessaire d’investir dans un matériel coûteux. En effet, il faut ainsi compter le prix des panneaux photovoltaïques, des batteries nécessaires au stockage de l’énergie produite, des câblages, du raccordement et du compteur.

 

Aussi, même si la facture d’installation a fortement baissé grâce notamment à l’arrivée des panneaux de fabrication chinoise, l’investissement de départ est tout même conséquent.

 

L’indépendance énergétique inclus généralement la capacité de : produire son énergie, construire une maison optimisée (efficience énergétique), adapter sa consommation et son mode de vie.

 

Si vous n’êtes pas raccordé au réseau de distribution locale et que vous avez choisi l’autoconsommation totale, vous devez juste faire une déclaration auprès du gestionnaire de réseau.

 

De plus, si vous produisez « trop » d’électricité solaire, il est possible de vendre ce surplus à EDF, à un prix intéressant.

Vous pouvez ainsi soit vendre l’ensemble de votre production (contrat de vente en totalité), ou juste le surplus (contrat de surplus).

 

Aujourd’hui, environ 15 000 foyers sont auto consommateurs d’électricité en France.

De leur côté, les entreprises ne sont pas en reste et rejoignent-elles aussi le mouvement : Ikéa France ambitionne l’autosuffisance pour 2020. Castorama compte bien leur emboîter le pas.

 

En France, il faut savoir que l’essentiel de la puissance solaire française est produite par trois régions : Provence-Alpes-Côte d’Azur, Languedoc-Roussillon, Pays de la Loire.

 

De nombreuses aides pour devenir auto consommateur

 

De 2000 à 2013, les aides fiscales de l’Etat ont poussé les particuliers à s’auto-équiper, en France comme en Belgique.

Depuis peu, EDF a lancé une offre « Mon soleil et moi », qui propose aux particuliers de faire installer sur leurs toits ou dans leur jardin des panneaux photovoltaïques, couplés si besoin d’une batterie, à destination de leur seule consommation. En parallèle, EDF s’engage à récupérer les panneaux en de vie pour les recycler.

 

D’autres fournisseurs songent à lancer des offres d’autoconsommation complète, telle Engie.

En effet, question coût, l’autoconsommation est en train de devenir compétitive : la facture d’électricité augmente, les coûts liés à l’installation photovoltaïque baissent. Pour en savoir plus sur la réglementation de l'autoconsommation: http://www.developpement-durable.gouv.fr/systemes-dautoconsommation

 

La direction générale de l’énergie et du climat a même récemment lancé un appel d’offres pour la construction de petites centrales destinées à l’autoconsommation pour les professionnels.

 

En Allemagne, en Italie ou Espagne, l’autoconsommation est déjà reconnue et subventionnée.

 

Avec les problématiques touchant les installations nucléaires actuelles (nombreuses fermetures pour maintenance d’équipements), la question de la dépendance énergétique apparaît. D’autant plus que les énergies fossiles ne se renouvèlent pas.

 

L’énergie solaire s’avère une alternative évidente. Cependant, à la vue des conditions d’installation actuelles, il faut reconnaître qu’elle ne répond pas encore à une consommation de masse.

 

 

©Ce site est édité par Bornesolairepublique.fr - Merci à Hugo Lorenzo pour le design

bornesolairepublique@net-c.fr